Le Vélodrome national se prépare pour Paris 2024

Du 19 au 21 octobre, le Vélodrome national de Saint‐Quentin‐en‐Yvelines accueille la première manche de la Coupe du monde de cyclisme sur piste 2018–2019. Organisée par l’Union cycliste internationale (UCI), elle compte six manches organisées sur quatre continents et se terminera en janvier 2019. Les meilleures et meilleurs cyclistes sur piste du monde se sont donnés rendez‐vous près de Paris et l’équipe de France est bien décidée à faire forte impression devant son public.

Il faut dire que l’épreuve est qualificative pour les Jeux olympiques de Tokyo 2020. Et c’est peu dire que les futurs évènements olympiques résonnent dans les têtes des officiels et des athlètes présents au Vélodrome. La piste, inaugurée en 2014, est l’un des fruits de la candidature malheureuse de Paris à l’organisation des Jeux olympiques et paralympiques de 2012. Mais surtout, le Vélodrome national va accueillir les épreuves de cyclisme sur piste lors des Jeux de Paris 2024. La Fédération française de cyclisme (FFC) et l’UCI évaluent donc d’ores et déjà l’engouement populaire et la capacité d’accueil du site en vue de la future échéance olympique en France.

IMG_2931.JPG
Le Vélodrome national vidé de ses spectateurs après les dernières épreuves du samedi soir (Le Discobole).

La ministre des Sports, Roxana Maracineanu, était présente samedi après‐midi sur place. L’ancienne nageuse, médaillée d’argent au Jeux olympiques de Sydney 2000, est venue découvrir le cyclisme sur piste dans une enceinte qu’elle connaît bien, elle qui était élue de la région Île‐de‐France lors de la construction du Vélodrome.

«  C’est important à six ans des Jeux qu’on soit là, a‐t‐elle déclaré, qu’on soutienne chaque sport et surtout une organisation parce que c’est une Fédération qui doit être encouragée dans l’organisation d’un tel évènement. »

La ministre a aussi souligné l’implication présente et future de son ministère dans l’organisation des Jeux de 2024.

« C’est un bel évènement, c’est une belle organisation. Ça permet de parler avec les personnes du COJO (N.D.L.R. Comité d’organisation des Jeux olympiques de Paris 2024) — avec qui on travaille en étroite collaboration — de l’organisation des Jeux qui vont autant concerner le COJO que le ministère. »

Le COJO justement était modestement représenté. Sûrement pour na pas faire trop d’ombre à la Coupe du monde de cyclisme sur piste et à la FFC. La promotion des Jeux est pour l’heure encore discrète aux abords du Vélodrome, se limitant à quelques affiches colorées de la candidature et à un logo collé sur un préfabriqué. Autant dire pas grand chose. Mais dans les esprits des athlètes, des spectateurs et des officiels, ils sont bien présents. Le Vélodrome national se prépare déjà à accueillir les Jeux olympiques dans six ans.

Crédits photo en‐tête : Egbpl/Wikimedia Commons

Une réflexion sur “Le Vélodrome national se prépare pour Paris 2024

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *