[FR] Interview : une candidature de Salt Lake City pour 2026 ou 2030 ?

La flamme olympique brûle toujours à Salt Lake City (Utah, États-Unis). Hôte des Jeux olympiques d’hiver de 2002, la ville connaît un regain d’interêt pour l’olympisme grâce une initiative personnelle devenue aujourd’hui un sérieux dossier sur la table du Comité olympique américain (USOC) pour une potentielle candidature afin d’organiser les Jeux d’hiver de 2026 ou de 2030.

Cette initiative est due à Austin Schofield. Si tout est parti de la création de comptes sur les réseaux sociaux, elle s’est concrétisée par l’instauration en octobre 2017 du Salt Lake Olympic Exploratory Organizing Committee(OEC), un comité de travail qui s’est réuni hier 22 janvier pour faire un état de l’avancée des travaux préalables.

Seul hic, les Jeux d’été de 2028 seront organisés à Los Angeles (Californie) suite au vote unanime du Comité international olympique en vue d’attribuer les Jeux de 2024 à Paris et ceux de 2028 à la ville californienne, le temps de faire le point sur la phase de candidature olympique. Deux Jeux olympiques à la suite dans un même pays ? Impensable ? Pas si sûr…

Le CIO traverse une période de remise en question de ses procédures suite aux désistements de Rome, Budapest et Hambourg dans la course à 2024. Il y a clairement une recherche de stabilité dans les élections des villes hôtes depuis quelques années et certaines mésaventures de diverses natures. Si cette stabilité passe par l’organisation de Jeux olympiques d’hiver et d’été dans une même nation à deux années d’intervalle, c’est une option que peuvent envisager les membres du CIO lors de leur prochain vote prévu à Milan en 2019.

Le Discobole. En quelques mots, pourquoi croyez-vous que Salt Lake City devrait présenter sa candidature pour les Jeux d’hiver de 2026 ou de 2030 ?

Austin Schofield. Je pense que Salt Lake City devrait présenter sa candidature pour les Jeux olympiques car c’est le meilleur endroit au monde pour accueillir les Jeux d’hiver. Salt Lake a su faire ses preuves, a des infrastructures olympiques et a d’énormes avantages géographiques (à savoir le SLC International Airport à moins d’une heure de tous les sites olympiques de 2002).

SLC a de plus un incroyable héritage olympique – les infrastructures sont toujours utilisées et les Jeux de Salt Lake ont connu un engouement public record comparé aux dernières Olympiades organisées aux États-Unis.

LD. D’où vous est venue cette idée qui, partant d’une initiative personnelle, est devenue un projet sur les rails avec la création du Salt Lake Olympic Exploratory Organizing Committee (OEC) ?

AS. L’idée est venue lors de la célébration du 10e anniversaire des Jeux de 2002 organisé par le gouverneur de l’Utah Cary Herbert et Mitt Romney, président du Comité d’organisation des Jeux de Salt Lake City. Ils ont mentionné le projet d’organiser de nouveau des Jeux olympiques, et, après quelques recherches, je fus convaincu que SLC est la meilleure option américaine pour accueillir les Jeux d’hiver. J’ai pensé qu’une campagne populaire sur les réseaux sociaux serait un bon moyen de m’impliquer dans le mouvement olympique en Utah, c’est donc ce que je fis.

© SLC 2026/2030
Logo de la candidature de Salt Lake City sur les réseaux sociaux (SLC 2026/2030).

LD. 2026 ou 2030, n’est-ce pas un peu proche des Jeux de Los Angeles 2028 ? Pensez-vous que les membres du CIO peuvent élire deux villes américaines d’affilé ?

AS. Oui, 2026 et 2030 sont proches des Jeux de Los Angeles. Toutefois, je crois que le CIO peut attribuer l’organisation de deux Jeux consécutifs à un même pays considérant certains faits récents. Il y a des choses qui se sont passées dernièrement qui n’avaient jamais été vues auparavant : Pékin (Chine) en obtenant les Jeux de 2022 va devenir la première ville dans l’histoire à accueillir les Jeux d’été et d’hiver et le CIO a attribué en même temps les Jeux de 2024 et ceux de 2028 ce qui n’avait alors jamais été fait.

Le CIO pourrait bien appliquer le principe du « jamais deux sans trois » en confiant l’organisation des Jeux à une même nation deux ans de suite – d’autant que Salt Lake se présente comme une très sérieuse candidate.

LDComme elle reste encore peu connue en Europe, quelles sont les premiers retours à SLC, en Utah et plus globalement aux États-Unis concernant la candidature ? Nous savons que la réserve des populations de Rome, Budapest et Hambourg a largement contribué aux échecs de ces candidatures pour 2024.

AS. Mes échanges avec les habitants ont toujours été très positifs concernant la candidature de Salt Lake City. Lorsque j’ai pris part à l’Assemblée générale de l’USOC, les personnes avec lesquelles j’ai discuté à propos de la campagne se sont toujours montrées très confiantes quant à la possibilité que SLC accueille les Jeux de nouveau.

En plus des retours que j’ai moi-même eu, le Salt Lake Olympic Exploratory Organizing Committee (OEC) a récemment mené un sondage en Utah demandant aux habitants s’ils sont favorables à l’organisation des Jeux olympiques ou non. Il s’est avéré que 89% de la population sondée supporte cette initiative. Salt Lake connaît l’un des plus grand soutien populaire au monde.

LD. Quelle est à ce stade du processus la nature de vos échanges avec l’USOC ?

AS. Je n’ai pas eu beaucoup d’interactions avec l’USOC personnellement à part ma participation à l’Assemblée générale il y a quelques mois, durant laquelle l’USOC s’est vraiment montré intéressé par le retour des JO d’hiver aux États-Unis, que cela soit en 2026 ou en 2030, voire plus tard. L’on m’a également dit qu’il valait sûrement mieux se consacrer à une candidature pour 2030 pour ne pas faire d’ombre à Los Angeles 2028.

La phase actuelle est la constitution du rapport de l’OEC qui doit être remis le 1er février 2018. Après cela, le président de l’OEC aura de nombreuses discussions avec l’USOC afin de convaincre le Comité que Salt Lake City est bien la meilleure option pour les États-Unis. Je pense que l’USOC entérinera sa décision et soumettra une candidature d’ici la fin du mois de mars. Salt Lake City et l’USOC veulent s’impliquer dans les processus de candidature pour 2026 ou 2030 (même si cette dernière possibilité est privilégiée) dans le cas où le CIO confie aux États-Unis l’organisation de deux Jeux olympiques d’affilé.

LD. Telemark (Norvège), Sion (Suisse), Sapporo (Japon), Stockholm (Suède), Calgary (Canada)… Autant de candidates potentielles sérieuses en face de SLC. Plutôt résigné ou ravi ?

AS. Je suis heureux qu’autant de villes soient intéressées par l’accueil des Jeux. Ces villes sont de très bonnes compétitrices pour 2026, et, pour être honnête, les Jeux vont certainement retourner en Europe en 2026. Je pense que Salt Lake serait également une bonne candidate pour 2026, mais, comme l’USOC privilégie 2030 à cause de la confrontation avec Los Angeles 2028, Salt Lake sera extrêmement bien placée pour cette dernière échéance. Je suis très confiant en pensant que les Jeux olympiques vont retourner à Salt Lake City en 2030 ou peu après.

Crédits photo en-tête : TSGT Jim Varhegyi, U.S. Air Force/Wikimedia Commons

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *